Brand

Les Actus

9 septembre 2022

Rencontre avec Mathieu Galante, Dirigeant de l’Atelier Anamorphose

Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre parcours ?

Je m’appelle Mathieu Galante, fondateur de l’Atelier Anamorphose.

J’ai fait toutes mes classes en école d’Arts Appliqués. C’est à cette époque que j’utilise mon deuxième prénom « Mateo » sur mes peintures nocturnes, tableaux, projets musicaux…

S’ensuit un parcours professionnel en tant que moniteur-éducateur pendant 15 ans, dont 13 passées sur le territoire de Vaulx en Velin à accompagner des jeunes de 4 à 20 ans en difficultés sociales et/ou porteurs de handicaps.

En 2021, je me lance dans la création d’Anamorphose, réunissant mes compétences éducatives et ma maîtrise des outils artistiques.

 

Quel projet portez-vous ?

L’Atelier Anamorphose- atelier social- réhabilite des objets et lieux en œuvres d’art.
En collaboration avec des artistes, nous accompagnons des jeunes à l’insertion, l’inclusion et la revalorisation de soi.

 

Pourquoi le faites-vous ?

Une anamorphose est un procédé artistique : « C’est une image déformée dont l’apparence est rétablie lorsqu’on la regarde sous un certain angle ».

C’est la question du point de vue. Parfois, il suffit d’un petit décalage pour permettre de changer le regard porté sur les personnes en situation de handicap ou difficulté sociale.

 

Pourquoi vous faire accompagner par Emergences ?

Suite à mon accompagnement chez RONALPIA dans le programme d’économie circulaire « les boucles », la Fondation Emergence m’a contacté. Nous avons échangé sur les valeurs portées par la Fondation et mon projet : tout concordait. Mes besoins d’entrepreneur émergent et la qualité d’accompagnement proposé (extension du réseau, structuration, suivi mensuel…) m’ont immédiatement convaincu. J’ai tout de suite ressenti beaucoup de sérieux et de bienveillance à l’égard d’Anamorphose.

 

Quelles sont vos inspirations (personnes, lieux, activités…)

Je m’inspire principalement de mon éducation familiale. J’ai pioché dans la créativité de mon père (artiste peintre), dans l’engagement de ma mère (enseignante) et du parcours de mon frère qui a toujours su, avec détermination, rester en mouvement (intellectuelle et physique).

S’ensuit ma construction personnelle, entouré de ma compagne, ma fille et mes ami(e)s proches, chez qui j’emprunte régulièrement les qualités que je n’ai pas.

Finalement, les Picasso et autres Serge Gainsbourg viennent bien après tout ça !

 

Une phrase ou une citation qui vous décrit ?

« Pour critiquer les gens il faut les connaître, et pour les connaître, il faut les aimer. » COLUCHE

A lire aussi


Projets

Rencontre avec Catherine-Lise Dubost, dirigeante d'EOLE

31 janvier 2022

Après une quinzaine d’années à courir les pays francophones pour promouvoir les auteurs que je traduisais, j’ai eu envie d’aider les jeunes à trouver leur voie. Je me suis alors réorientée vers l’enseignement – de la philosophie, mais aussi du français langue étrangère. C’est là que j’ai découvert la réalité d’élèves allophones primo-arrivants. Il y a beaucoup à faire pour accompagner l’intégration des personnes étrangères en France


Projets

Rencontre avec Pascale Solona, dirigeante des Vitaminés de l'Emploi

12 novembre 2021

Pascale Solona, 51 ans, si je devais choisir un mot qui définit le mieux mon métier et ce que j’aime faire, sans hésiter je dirais « Rencontre ». Géographe de formation, je me suis très vite intéressée aux questions de l’emploi et surtout à une question : « qu’est ce qui fait que les candidats et recruteurs ne se rencontrent pas ?! ».