Brand

Les Actus

3 juillet 2024

Rencontre avec Clotilde Jenoudet, Prête-moi tes ailes

●      Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours ?

Je suis Clotilde, j’ai 40 ans et je suis l’heureuse maman de deux garçons, Baptiste, porteur de trisomie, et Antony ainsi que d’une jolie fille nommée Prunelle, chien d’assistance Handi’chiens de Baptiste.

Je suis graphiste depuis 19 ans, spécialisée d’abord dans l’édition de magazine, livres et journaux, j’ai travaillé en freelance pendant 6 ans et ai évolué pour devenir responsable communication d’une grande association nationale. J’ai grandi dans le monde associatif par le biais de la musique et du chant et je m’épanouis aujourd’hui dans Prête-moi tes ailes qui m’a permis de réunir mon envie de soutenir les familles touchées par la trisomie 21, mon goût pour la belle communication et mon engagement associatif.

●      Quel projet ?

Prête-moi tes ailes est une association que j’ai fondée avec deux amies en 2019 pour organiser des rencontres familiales qui s’adressent aux familles ayant un enfant porteur de trisomie 21. Nous ouvrons également nos portes aux enfants ayant des troubles du spectre autistique et des handicaps cognitifs.

Prête-moi tes ailes ce n’est pas seulement une association qui propose de donner du temps aux familles, c’est un endroit où vous êtes accueilli de manière inconditionnelle, sans jugements et où vous pouvez déposer votre sac de soucis, de tristesse, de colère pour repartir plus léger et accompagné.

 

Aujourd’hui Prête-moi tes ailes c’est une équipe soudée qui a décidé de retrousser ses manches pour offrir à toutes ces familles et à celles qui arrivent une vie digne,, permettre aux personnes porteuses de trisomie 21 d’avoir toutes les cartes en main pour être autonome et redonner à la trisomie 21 la place qu’elle mérite dans notre société.

●      Pourquoi le faites-vous ?

Tout simplement parce que j’a été touchée de plein fouet il y a 11 ans lorsque mon fils Baptiste est né et que depuis j’ai cheminé dans ce monde parallèle qui vous plonge dans l’injonction à vous surpasser tant dans la force que dans la lenteur, dans l’apprentissage de l’amour inconditionnel que dans le faire face au rejet de l’autre.

Et j’ai vu au travers de mes expériences et de celles d’autres familles l’abandon total dans lequel on peut se retrouver souvent. Si aujourd’hui la trisomie 21 a l’air d’un handicap “facile” c’est parce que derrière il y a la plus grosse machine du monde : les parents, les familles et leur sacrifice fait dans l’ignorance totale de la société.

La trisomie 21 c’est ce handicap trop lourd à vivre qu’on l’élimine avant la naissance où qu’on l’évince de grandes compétitions sportives comme les jeux paralympiques mais à la fois tellement “facile” puisqu’ils sont gentils et qu’ils n’ont pas vraiment besoin qu’on les aide.

En effet, aujourd’hui encore les personnes porteuses de trisomie 21 font face à des visions très stéréotypées qui vont les enfermer dans une évolution tracée, prédéfinie, restrictive et parfois exagérément positive.

Et j’ai décidé un jour qu’on ne pouvait plus laisser ces familles dans une telle détresse alors qu’elles ont droit à une vie digne et que leurs enfants ont leur place dans notre société.

 

●      Pourquoi vous faire accompagner par Emergences ?

Développer un association c’est tout un art, c’est un vrai travail d’entrepreneur. Mon expérience dans la communication est un vrai atout mais j’ai besoin d’être accompagnée afin d’avoir des regards extérieurs avisés avec de l’expérience pour ne pas m’égarer et m’aider à solidifier la structure de notre association qui a prouvé son impact et son utilité.

Depuis 5 ans j’apprends sur le tas, et aujourd’hui j’ai besoin de la Fondation Emergences pour avoir ce regard entrepreneurial.

●      Quelles sont vos inspirations (personnes, lieux, activités…) ?

Le Petit Prince ! Cet enfant qui pose un regard neuf sur le monde et qui se questionne toujours, sans juger afin de trouver la route de soi. Les livres de Maud Ankoua sont également pour moi une véritable inspiration pour trouver en soi l’équilibre et être attentif au monde sans se détruire.

Mais ma plus grande inspiration c’est Baptiste, mon fils porteur de trisomie 21, qui me prouve chaque jour qu’il n’y a pas de vie minuscule, comme l’a dit Charles Gardou. Il m’a appris ces 11 dernières années que dans notre monde il n’y a pas ceux qui attendent d’être aidés et ceux qui aident mais que chacun a à s’apporter et à se donner collectivement.

●      Une phrase ou une citation qui vous décrit ?

« J’ai appris, dit le Petit Prince, que le Monde est le miroir de mon Âme… Quand elle est enjouée, le Monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le Monde lui semble triste. Le Monde, lui, n’est ni triste ni gai. Il est là, c’est tout. Ce n’était pas le Monde qui me troublait, mais l’Idée que je m’en faisais… J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement… » Le Petit Prince – Antoine de Saint Exupéry

A lire aussi


Non classé

Rencontre avec Virginie Delplanque, Projet Check it Easy

3 juillet 2024

Check it easy est la 1ère application mobile collaborative et hors ligne qui aide à sauver plus de vies en augmentant la formation de tous les salariés au risque, à la sécurité et à l’urgence.


Projets

Rencontre avec Alexandre Aynie, Projet ANTS

3 juillet 2024

L’association ANTS a pour objet de favoriser l’inclusion des personnes avec un déficit moteur par l’équité d’accès à l’activité physique adaptée et aux nouvelles technologies.